• Dépasser les bornes

Birmanie - Kalaw ou la quiétude des montagnes

Mis à jour : 22 avr. 2019


Niché au cœur des montagnes de l'état Shan, le petit bourg de Kalaw est un véritable hâvre de paix pour les amoureux de la randonnée. Son accès se mérite un peu, depuis le Sud du pays comme le Nord, le trajet se compte en dizaine d'heures avec un bus de nuit et une arrivée vers 7h30. La première chose qui nous a plu c'est la douceur des températures, et venant du Sud où le soleil tapé sec dès le lever du jour, ce fut très agréable. Les nuits seraient fraîches et le sommeil réparateur! Notre hôtel fut la seconde jolie surprise. L'Amigo motel est parfait pour se poser quelques jours dans le coin. La famille qui tient l'établissement est d'une gentillesse extrême. Les chambres habillées de bois sont très lumineuses, la literie est confortable et la salle de bain propre avec des produits de soins offerts en plus ! Pour 3 nuits nous avons payé : 62€ (soit 20,70€/nuit pour 2) et nous étions les seules clientes! Autant vous dire que c'était un peu le paradis. Revigorée par un copieux petit déjeuner, nous partons à la découverte de Kalaw et de son marché.


Tous les 5 jours, les producteurs de fruits et légumes se rassemblent pour vendre leurs productions, les stands débordent de l'enceinte couverte jusque dans les rues adjacentes. C'est une foison de couleurs et un joyeux bazar qui donne envie de se perdre. Le labyrinthe du marché deviendra notre spot de ravitaillement où nous achèterons avocats, ananas, pastèques, bananes, biscuits et autre cacahuètes pour constituer notre casse croute pour nos treks.

Nous craquons pour le petit salon de thé Ma Hmin Si café, aux tables minuscules fréquenté par les locaux.



En parlant de trek, Kalaw est le point de chute pour faire de la randonnée. Les offres de services de guides sont nombreuses et les excursions variées. Les retours de voyageurs ne sont pourtant pas toujours bons concernant les treks à la journée. Comme nous préférerions explorer les environs de kalaw plutôt que de rejoindre le lac Inle en 3 jours de marche, nous avons décidé que l'application "maps me" (sorte de Google Map qui ne nécessite aucune connexion internet, une petite révolution) serait notre guide, et nous n'avons pas été déçue, bien au contraire.

Nos explorations journalières nous ont amené à gravir des montagnes pour atteindre des points de vue, traverser des champs (non cartographiés!) pour rejoindre des temples mais surtout à rencontrer les habitants.



C'est l'avantage de ne pas avoir de guide, il n'y a pas de contraintes d'horaires et surtout aucune barrière avec les locaux. C'est comme cela qu'au temple des 60 bouddhas (en réalité il y en a 75 adossés à la colline) que les villageois nous ont invitées à partager le déjeuner en l'honneur du moine qui vit dans le temple.

La gentillesse et la bienveillance des birmans est incommensurable, ils s'assurent en permanence que vous ne manquez de rien. Ils vous apportent des quantités de mets avec des sourires immenses et quiconque croisera votre regard s'empressera de vous dire "mingalaba" (bonjour).

La salle commune était composée de petites tables basses rondes qui pouvaient accueillir 5 personnes. Au centre de la table se trouvaient des plats à partager : une soupe amère, un curry de poulet, un curry de porc, des crudités, une salade de choux pimentée aux arachides et une huile aux piments séchés, le tout accompagné de l'incontournable riz blanc. A la suite du repas nous sommes entrées dans le temple et là encore, c'est avec surprise que l'on nous a offert un plateau comprenant du thé, de la pastèque, du raisins, des cacahuètes et une salade de thé.. un régale pour les papilles. Avant de quitter les lieux , le moine nous a adressé un regard plein de malice et nous a remercié d'être restées.


Nous avons continué notre journée de marche jusqu'à un temple sacré au cœur d'une enclave militaire, la Shwe oo min. L'entrée de la zone est contrôlée et un seul check point donne accès au temple. Une dizaine de stupas dorées trônent fièrement à l'entrée de la grotte sacrée dont certaines sont recouvertes d'éclats de miroirs ce qui les rend encore plus brillantes. La grotte quant a elle vaut le coup d'oeil, elle est remplie de centaine de bouddhas plus clinquants les uns que les autres, habillés d'or et de Led qui clignotent, la démesure des birmans nous fascine!



Il est aussi possible de partir pour un trek en pleine nature pendant une journée en s'éloignant de Kalaw vers le Sud. Une boucle de 6-7h de marche, nous a fait traverser la pinède brûlée en altitude (les birmans pratiquent le brûlis partout..), les plantations maraîchères, puis la jungle dense, découvrir de petit lac caché pour finalement se retrouver avec une vue imprenable sur la vallée. Il ne faut pas avoir peur d'avoir chaud, de marcher sur des terrains secs qui dégagent beaucoup de poussière mais vous ne croiserez que des locaux qui s'amuseront de vous voir débarquer sans guide si loin de Kalaw.




#Kalaw : les conseils de dépasser les bornes


- Préférez un hébergement dans le centre, la ville est calme et vous serez à proximité du marché, des restaurants et de la gare. Les hôtels excentrés sont difficiles d'accès quand on est a pieds et le trajet peut être long


- Kalaw est relativement épargnée par le tourisme de masse. Le marché est un excellent endroit pour faire des emplettes à des prix corrects. Nous avons alourdi nos sacs de quelques objets chinés et tissus sans nous ruiner.


- Téléchargez l'application "Maps me", elle deviendra votre nouvelle meilleure amie de voyage !




©Tous droits réservés - 2020 - Dépasser les bornes

Contact

d.lesbornes@gmail.com