©Tous droits réservés - 2019 - Dépasser les bornes

  • Dépasser les bornes

Birmanie - Mawlamyine, sur les traces de Rudyard Kipling

Mis à jour : 22 avril 2019



Nous débarquons à Mawlamyine en pleine nuit un dimanche. Bien que ce soit l'une des plus grandes villes du pays, il y règne une atmosphère unique où le temps s'est arrêté. La ville s'étire le long du fleuve Thanlwin. On aperçoit sur l'une des collines, un alignement de stupas dorées qui dominent fièrement la ville. Au milieu d'une végétation verdoyante, nous nous baladons au coeur de l'histoire coloniale britannique. Rebaptisée Moulmein au début du 19eme siècle par les anglais qui en avaient fait la capitale de la Birmanie britannique pendant 25 ans, les vestiges architecturaux sont présents à chaque coin de rue (églises, bâtiments administratif,etc). Malheureusement les bâtisses impressionnantes ont mal vieillies ou sont quasiment abandonnées. Nul doute que ces bâtiments devaient être de purs bijoux de modernité et de confort à l'époque. Les églises de la ville portent encore les noms de "St Patrick" ou "First Baptist Church" et les cimetières abritent certaines tombes aux noms très anglais. Aucun bruit de trafic ne vient défigurer l'atmosphère désuète, on entends les oiseaux et les chants venus des temples. On se balade sans croiser de touriste. Ce calme ne durera que le temps d'une journée. Dès le lundi, les grandes artères seront inondées de scooters qui fileront en klaxonnant à tout bout de champs et on entendra les élèves réciter leurs leçons dans les écoles.

- Une ville, source d'inspiration -

Rudyard Kipling et George Orwell ont séjourné à Mawlamyine. Que ce fut quelques jours pour l'un ou plusieurs années pour l'autre, l'atmosphère qui se dégagea de cette ville fut une véritable source d'inspiration.

Et nous nous sentons à notre petite échelle transportée par la mélancolie de cette époque.

Extrait de "Mandalay" poème de Kipling: A Moulmein près de la vieille Pagode, regardant la mer à l'est, Est assise une jeune Birmane, et je sais qu'elle pense à moi; Car il y a du vent dans les palmiers, et les clochettes du temple disent: « Reviens-t-en, soldat Britannique; reviens-t-en à Mandalay! » Reviens-t-en à Mandalay, Où la vieille Flottille est en panne: N’entends-tu pas le lourd travail des aubes de Rangoon à Mandalay? Sur la route de Mandalay, Où jouent les poissons volants, Et L’aurore se lève comme l’orage, en Chine, de l’autre côté de la baie.